30.01.2013

Formation professionnelle initiale

Josef Widmer: la formation professionnelle doit rester autonome

Josef Widmer, directeur suppléant du SEFRI, présente ses idées directrices dans une interview accordée à la NZZ. Selon lui, les problèmes ne tiennent pas à un faible taux de maturité mais au taux de maturité professionnelle stagnant depuis des années. Il se déclare favorable à de nouveaux modèles comprenant par exemple une formation scolaire plus importante. Le système autorise des définitions différenciées et spécifiques des professions, notamment celles dont les exigences sont très élevées. Josef Widmer considère toujours la formation professionnelle comme un tout cohérent, de la formation initiale au domaine universitaire, en passant par la formation professionnelle supérieure (qu'il qualifie de joyau). Il met en garde contre un corps enseignant des hautes écoles spécialisées sans expérience acquise dans la pratique, contre un amalgame avec le modèle de Bologne et contre la perte d'identité des hautes écoles spécialisées si elles devaient par trop s'orienter vers les universités. Josef Widmer affirme résolument que les perspectives résident dans la liaison avec la pratique.