Marché du travail

03.06.2020

Coronavirus/OFS: le baromètre de l'emploi accuse le coup au cours du 1er trimestre 2020

Au 1er trimestre 2020, le nombre total de places de travail en Suisse a reculé de 0,1% par rapport au trimestre précédent (chiffres désaisonnalisés). Les entreprises se sont montrées plus pessimistes quant à l’évolution de l’emploi, en raison du coronavirus: l’indicateur des prévisions d’évolution de l’emploi a fortement reculé par rapport à 2019 (-3,7%), pour tomber à un niveau jamais atteint depuis 2009. Les entreprises qui comptent augmenter ou maintenir leur effectif de personnel au trimestre suivant sont moins nombreuses qu’il y a une année et davantage de sociétés prévoient une baisse. Les perspectives sont particulièrement sombres dans l’industrie et l’hôtellerie-restauration, où on peut s’attendre à un recul de l’emploi pour le trimestre prochain. Etablis par l’OFS, ces chiffres confirment donc l’évolution défavorable attendue à cause du Covid-19.
Communiqué de presse

03.06.2020

Coronavirus/OFS: baisse des heures de travail pendant la 2e moitié du mois de mars 2020

Le nombre de personnes actives occupées en Suisse a progressé de 1,1% entre le 1er trimestre 2019 et le 1er trimestre 2020. Sur la même période, le taux de chômage au sens du BIT a reculé de 4,9 à 4,5%. Ces indicateurs reflètent des moyennes du trimestre et ne sont donc que marginalement impactés par la crise du Covid-19. Certaines estimations indiquent cependant une baisse des heures de travail au cours des deux dernières semaines du trimestre. Ce sont là quelques résultats publiés par l’OFS dans le cadre de l’enquête suisse sur la population active.
Communiqué de presse

03.06.2020

Coronavirus/KOF: profonde récession attendue en Suisse

D’après les prévisions conjoncturelles du KOF, le taux de chômeurs inscrits devrait atteindre 4,7% à la fin de l’année 2020 et une moyenne annuelle de 3,8%. En 2021, le KOF prévoit un taux de chômage moyen de 4,3%. Le taux comparable au niveau international selon l’OIT devrait être de 5,3% en 2020 et de 6,0% en 2021. En raison de l’augmentation du nombre de chômeurs et de l’indemnisation du chômage partiel, les dépenses de l’assurance-chômage devraient augmenter d’environ 20 milliards de francs cette année. En 2021, les dépenses diminueront à nouveau de manière significative, mais resteront supérieures à la moyenne en raison du taux de chômage plus élevé.

03.06.2020

Coronavirus: enquête sur l'augmentation du télétravail en Suisse

Avec la crise du coronavirus, la part des télétravailleurs a doublé. Quelque 41% d’entre eux indiquent être plus productifs à la maison, malgré les distractions et les échanges moins nourris avec leurs collègues. Beaucoup apprécient le home office et ne souhaitent plus passer la totalité de leur temps de travail au bureau dans le futur. Ce sont là quelques-uns des résultats d’une enquête (en anglais) menée par la société d’audit et de conseil Deloitte à propos de l’impact du Covid-19 sur notre quotidien. L’enquête montre également qu’il reste encore beaucoup de problèmes à résoudre (lacunes technologiques, manque d’assistance adéquate de la part de l’entreprise, etc.).
Communiqué de presse

03.06.2020

Coronavirus: travailleuses enceintes sous-protégées

Dans l’ordonnance fédérale sur les mesures destinées à lutter contre le Covid-19, les femmes enceintes ne font pas partie des personnes vulnérables. Des chercheuses de la Haute école de santé Vaud et de l’Université de Lausanne prônent la mise en place de précautions particulières pour les travailleuses enceintes pendant cette crise. Dans un article publié par la revue REISO, elles donnent des arguments médicaux, juridiques et sociaux.

03.06.2020

OFS: le travail via les plateformes numériques est peu répandu

En 2019, 0,4% de la population a indiqué avoir travaillé via une plateforme numérique au cours des douze derniers mois. Pour ce type d’activité, le prestataire de services est mis en contact avec le client via une plateforme numérique; en règle générale, le paiement intervient aussi via la plateforme. Une ventilation par domaine d’activité montre que 0,1% de la population a fourni des services de taxi et 0,3% d’autres prestations (programmation, livraison de repas, travaux de nettoyage, etc.). Ces données sont tirées de l’OFS.

03.06.2020

OFS: les salariés travaillent quinze minutes de moins par semaine qu'en 2014

Entre 2014 et 2019, la durée hebdomadaire effective de travail des salariés à plein temps (sans les salariés propriétaires de leur entreprise) s’est contractée de 15 minutes pour atteindre 41 heures et 2 minutes en 2019. Cela s’explique par une diminution de la durée hebdomadaire contractuelle de travail (-1 minute à 41 heures et 52 minutes), une baisse de la durée hebdomadaire d’heures supplémentaires (-8 minutes à 50 minutes) et une augmentation de la durée hebdomadaire d’absences (+6 minutes à 1 heure et 41 minutes). Dans le même temps, le nombre annuel de semaines de vacances a poursuivi sa progression régulière pour s’élever à 5,2 semaines. Ces chiffres proviennent de l’OFS.

03.06.2020

Enquête sur le taux de travail des mères

Trois quarts des femmes en Suisse réduisent leur taux d’activité à l’arrivée d’un bébé. En général, celles qui ont des enfants sont contentes de leur situation professionnelle. Cependant, 70% des mères souhaiteraient travailler plus si de meilleures conditions leur étaient offertes (structures d’accueil plus abordables, télétravail, moins de charges ménagères et familiales, etc.). C’est ce que révèle un sondage mené par Pro Familia Suisse auprès de 500 femmes exerçant une activité lucrative et ayant des enfants (rapport, graphiques). L’enquête s’est notamment intéressée au degré de satisfaction des femmes au travail et à leurs motivations pour modifier leur taux d’activité.
Communiqué de presse

13.05.2020

Coronavirus: les perspectives d'emploi s'effondrent

En raison de la pandémie, les perspectives à court terme sur le marché suisse du travail se sont fortement détériorées: l’indicateur de l’emploi du KOF tombe à -19,9 points. L’indicateur est actuellement inférieur à ce qu’il avait été au plus fort de la crise financière et économique en 2008/2009. A l’exception des assurances, tous les secteurs sont touchés par cette baisse.
Communiqué de presse

13.05.2020

Coronavirus: le chômage partiel concerne surtout les branches à bas salaires

Une analyse (en allemand) de l’Union syndicale suisse (USS) le montre: près de la moitié des personnes au chômage partiel travaillent dans des branches à bas salaires (commerce de détail, hôtellerie-restauration, etc.), qui sont durement touchées par la crise du coronavirus. En revanche, dans les branches aux salaires les plus élevés, il n’y a pratiquement pas de chômage partiel. Le président de l’USS Pierre-Yves Maillard réclame, pour les salariés peu ou moyennement rémunérés, de nouvelles mesures comme une garantie de paiement de leur salaire à 100% ou une réduction des primes d’assurance-maladie. En touchant 80% de son salaire quand ce dernier ne dépasse pas 4000 francs, on frôle le minimum vital, rappelle Pierre-Yves Maillard.