Edition 03 | 2020

FORMATION

Protection de l’environnement

Pour que la durabilité fasse école

Les unités chargées des questions de formation à l’OFEV et à l’OFEN ainsi que le Programme Climat de la Confédération ont uni leurs forces. L’objectif est d’intégrer la protection de l’environnement et du climat ainsi que l’efficacité énergétique dans la formation professionnelle. Les spécialistes concernés travaillent en étroite collaboration avec les OrTra.

Par Lucienne Rey, journaliste scientifique

La green logistics, ou «logistique verte», est un thème qui prend de plus en plus d’importance, notamment dans le secteur du transport routier. (Photo: DR)

La green logistics, ou «logistique verte», est un thème qui prend de plus en plus d’importance, notamment dans le secteur du transport routier. (Photo: DR)

Chaque profession compte! C’est sous cette devise que les unités chargées des questions de formation à l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) et à l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) ont invité, fin janvier 2020, les responsables de la formation professionnelle à un événement de réseautage. L’objectif de cette rencontre était d’examiner de manière critique un guide rédigé conjointement par l’OFEV et l’OFEN pour mieux ancrer la protection de l’environnement et du climat ainsi que l’efficacité énergétique dans les différentes branches et professions. Se voulant interdisciplinaire, ce guide s’adresse aux conseillers et aux responsables des associations professionnelles lors du processus de développement des professions. C’est une nouveauté, car jusqu’à présent l’OFEV et l’OFEN répondaient simplement aux demandes des associations professionnelles. «Beaucoup d’entre elles ont déjà agi de leur côté et intègrent les questions d’environnement, de climat et d’énergie dans le développement de leurs métiers et de leurs filières», relève Anna Wälty, responsable de la formation au sein du Programme Climat de l’OFEV. «Nous sommes là pour vérifier les profils professionnels en termes d’action écologique ou pour compléter des moyens didactiques.»

Du concept de formation au matériel pédagogique

Dès la phase de conception, une OrTra peut demander le soutien du Programme Climat et des unités précitées. «Nous sommes de plus en plus souvent invités à fournir des prises de position lors de la création ou de la révision de professions», explique Anna Wälty. Cela a par exemple été le cas lorsque l’Association suisse des transports routiers (ASTAG) a révisé le brevet fédéral d’agent-e de transport et logistique. Les spécialistes de l’éducation à l’environnement ont notamment recommandé de compléter le côté «logistique verte» en incluant des informations sur le rendement énergétique et la consommation de carburant des véhicules. Par la suite, l’ASTAG et le Programme Climat ont collaboré étroitement à l’élaboration du matériel pédagogique lié à la green logistics, qui explique clairement le problème du changement climatique aux futurs professionnels. La moitié du document porte sur des mesures concrètes: réduire l’utilisation de carburants, planifier intelligemment les itinéraires et éviter les trajets à vide, etc. Régulièrement mis à jour par l’ASTAG, ce document peut également être utilisé comme ouvrage de référence. Il a été complété avec des études de cas, des épreuves d’examen, un guide pratique et un module d’apprentissage en ligne sur la conduite écologique des véhicules utilitaires. «Nous avons pu constituer un bel ensemble de supports didactiques pour ancrer la protection du climat et l’efficacité énergétique dans le transport routier», souligne Anna Wälty. Une étroite collaboration a aussi été instaurée avec la branche de la logistique. «Nous avons soutenu l’Association suisse pour la formation professionnelle en logistique (ASFL) dans le cadre de la révision partielle de ses filières, cela tant dans l’établissement des profils de qualification pour les différents diplômes que dans l’élaboration du matériel didactique, précise la responsable. D’ici à 2021, tous les supports pédagogiques des formations en logistique devraient explicitement aborder la protection du climat et l’efficacité énergétique.» Anna Wälty veille également à ce que le journal de l’association rende régulièrement compte des avancées dans ce domaine.

Des analyses de base pour des recommandations ciblées

Afin de fournir aux futurs professionnels les connaissances et les compétences nécessaires en matière d’écologie, il est essentiel d’identifier les recoupements entre différents métiers. En passant au crible une profession, les analyses de base préparées par l’OFEV et l’OFEN constituent à cet effet un outil fondamental. Dans le secteur de la plâtrerie-peinture par exemple, l’analyse de base fournit un aperçu des lois et des ordonnances en vigueur, énumère les écolabels auxquels les professionnels peuvent se référer lors du choix des matériaux et explique l’impact de certaines substances sur l’environnement, le climat et la consommation d’énergie ou de ressources. Ce faisant, l’analyse prend en compte l’ensemble du cycle de vie des produits et les éventuelles complications lors de l’extraction, de la production et de l’élimination des matériaux. L’analyse de base ne se contente pas de signaler les problématiques écologiques. Des vues d’ensemble détaillées fournissent également des informations sur la nécessité d’agir et les solutions possibles. Les peintures à l’huile, par exemple, exigent une formation complémentaire ad hoc, car elles sont plus compliquées à utiliser. Une autre vue d’ensemble traite des tendances futures. La numérisation, notamment, ouvre la voie à de nouveaux modèles d’affaires et de collaboration entre les entreprises (exemple: partage de surplus de peinture grâce à des apps). Dans une prochaine étape, l’analyse de base pourrait servir à une mise à jour ultérieure des prescriptions sur la formation et être utilisée pour contrôler la cohérence du matériel pédagogique. Au besoin, les supports de cours pourraient être adaptés et complétés.

Assurer le flux d’informations

Sur demande de l’Association suisse des entreprises de construction en bois (Holzbau Schweiz), l’OFEN et l’OFEV effectueront une analyse pour les charpentiers. Cette dernière déterminera les aspects énergétiques, climatiques et environnementaux de la profession. «Sur cette base, les compétences ad hoc pourraient ensuite être formulées dans le plan de formation. Le matériel didactique pourrait alors aussi être vérifié et, si nécessaire, complété», explique Mirjam Tubajiki, responsable de la formation professionnelle au sein de la section Éducation à l’environnement de l’OFEV. En collaboration avec l’OFEN, un module sur l’installation de systèmes photovoltaïques et solaires a déjà été ajouté à la formation de base. Cela colle parfaitement à la vision de la branche, qui s’est engagée à promouvoir des systèmes de construction efficaces au niveau écologique. Le flux et l’échange constants d’informations sont particulièrement importants pour les professionnels sur le terrain. Les experts de l’OFEV et de l’OFEN prévoient ainsi de publier, pendant une année, une série d’articles dans les deux revues spécialisées «Wir Holzbauer» et «First». Les articles sont destinés non seulement aux professionnels des entreprises de construction en bois, mais aussi aux architectes, aux ingénieurs et aux spécialistes des secteurs apparentés. Les événements de réseautage mis sur pied par l’OFEV et l’OFEN sont également consacrés à la transmission d’informations et aux échanges professionnels. L’atelier organisé en janvier 2020 fait partie de ces mesures. Les participants ont pu tester le guide élaboré par les deux offices fédéraux: Que ce soit chez les projeteurs frigoristes, les cuisiniers ou encore les gérants de caisse de pension, dans quelles activités les thèmes de l’environnement, du climat et de l’énergie jouent-ils un rôle? Faut-il optimiser certaines tâches ou est-il plus important de se focaliser sur la chaîne de valeur dans son ensemble? Faut-il agir immédiatement ou dans un avenir proche? Le guide sera disponible dès le début de l’été 2020 sur la page du site Web de l’OFEV consacrée à l’éducation à l’environnement. Les participants ont estimé que la discussion était passionnante; ils auraient aimé avoir davantage de temps pour échanger. «Les exemples de réussite tirés de la pratique et l’échange d’idées entre experts constituent une plus-value pour le travail conceptuel et motivent les gens à s’engager en faveur du développement durable dans leur activité quotidienne», conclut Anna Wälty.

Liens et références bibliographiques

OFEV: www.bafu.admin.ch
OFEN: www.suisseenergie.ch
Programme Climat: www.bafu.admin.ch

Contacts:
OFEV: bildung@bafu.admin.ch, klimaprogramm@bafu.admin.ch
OFEN: energiebildung@bfe.admin.ch

Encadré

Dans quoi interviennent l’OFEV et l’OFEN?

Les unités chargées des questions de formation à l’OFEV et à l’OFEN veillent à ce que les professionnels qualifiés et les décideurs suisses disposent des compétences nécessaires pour assurer une utilisation durable des ressources naturelles (eau, air, sol, biodiversité, etc.) ou encore une gestion efficace de l’énergie. Elles proposent des conseils sur l’intégration de ces thématiques dans les formations professionnelles initiales et supérieures. Elles accompagnent également l’élaboration de supports de cours ou d’examens ainsi que la conception de formations continues, par exemple pour les enseignants de branches ou les responsables des examens. Enfin, elles fournissent des informations de fond, rédigent des articles dans des revues spécialisées et organisent des événements de réseautage pour l’échange d’expériences.

Commentaires
 
 
 
imgCaptcha
 

Prochaine édition

Le prochain numéro paraîtra le 21 août. Focus: Modèles de carrière