Edition 02 | 2020

FORMATION

Livre

Aux origines de la formation professionnelle

Dans son dernier livre, Emil Wettstein revient sur l’évolution de la formation professionnelle helvétique. Un ouvrage qui pourrait bien devenir un best-seller.

Interview: Daniel Fleischmann, rédacteur de PANORAMA

Emil Wettstein est rédacteur indépendant et responsable de bbprojekte.ch. (Photo: Foto Welti)

Emil Wettstein est rédacteur indépendant et responsable de bbprojekte.ch. (Photo: Foto Welti)

PANORAMA: En retraçant l’histoire de la formation professionnelle (FP), qu’est-ce qui vous a particulièrement frappé? Emil Wettstein: Premièrement, la FP existe depuis bien longtemps. Dans l’Antiquité, il y avait déjà la double voie, à savoir la formation en école ou en entreprise. Deuxièmement, je me suis rendu compte de l’importance des musées des arts et métiers. À partir de la fin du XIXe siècle, ils ont été créés parallèlement aux écoles professionnelles; leurs collections ou leurs objets importés de l’étranger servaient de modèles aux artisans. Ils représentent donc le début de la formation professionnelle continue. Les musées d’arts appliqués, les ateliers de formation, les instituts de formation professionnelle supérieure et les hautes écoles en sont issus.

Revenir plus de 130 ans en arrière, il y a de quoi se perdre dans les détails, non?
Cela explique peut-être pourquoi, dans l’espace germanophone, on ne trouve quasiment aucune publication qui aborde l’évolution de la FP en Suisse d’un point de vue global. Je me suis efforcé de bien structurer cet ouvrage: les 40 premières pages donnent une vue d’ensemble; les 150 autres offrent un approfondissement. Un deuxième volume, disponible gratuitement sur Internet, répertorie quelque 1000 entrées de contenus (informations, documents, etc.), accessibles via une recherche plein texte.

Selon vous, qu’est-ce qui est important pour le futur de la FP?
Ces dernières années, non sans raison, la FP s’est fortement professionnalisée. En même temps, cette évolution affecte l’une de ses caractéristiques principales, à savoir l’importance des miliciens dans la définition, la mise en œuvre et l’évaluation de la formation initiale et continue. La responsabilité doit rester entre les mains des spécialistes métiers. Par ailleurs, le système suisse de formation professionnelle initiale et continue a été conçu pour maintenir la compétitivité internationale du commerce et de l’agriculture. Jusqu’ici, il est donc toujours orienté vers les besoins du monde du travail. Selon la Constitution, depuis 1999, il n’est plus affecté à l’économie mais fait partie de l’espace suisse de formation, ce qui est pertinent. Néanmoins, son lien étroit avec le monde du travail, qui s’exprime dans ses objectifs, sa dynamique, sa mise en œuvre et son assurance qualité, doit être maintenu.

Liens et références bibliographiques

Wettstein, E. (2020): Berufsbildung – Entwicklung des Schweizer Systems. Berne, hep verlag.

Commentaires
 
 
 
imgCaptcha
 

Prochaine édition

Le prochain numéro paraîtra le 23 octobre. Focus: Agilité