Edition 01 | 2020

FORMATION

Prise en compte des acquis

Obtenir plus facilement une certification professionnelle

Les personnes qui apprennent un métier ou qui se réorientent professionnellement devraient pouvoir faire valoir leurs acquis de formation et leurs expériences. Or, les instruments efficaces en la matière sont rares. C’est pourquoi le canton de Zurich a développé une nouvelle procédure.

Par Patrizia Salzmann (IFFP), Evelyn Tsandev (services d’orientation du canton de Berne) et Kaspar Senn (Office du secondaire et de la formation professionnelle [MBA] du canton de Zurich)

À l’instar des campagnes de pub, les tableaux de prise en compte des acquis sont un moyen d’encourager les adultes à obtenir une certification professionnelle. (Photo: SEFRI)

À l’instar des campagnes de pub, les tableaux de prise en compte des acquis sont un moyen d’encourager les adultes à obtenir une certification professionnelle. (Photo: SEFRI)

Ces dernières années, la politique de formation a mis l’accent sur une meilleure utilisation du potentiel des adultes. En 2014, les partenaires de la formation professionnelle ont fait de la certification professionnelle et du changement de profession pour les adultes un axe thématique prioritaire. L’objectif est d’améliorer les conditions cadres régissant la certification professionnelle pour adultes et d’augmenter le taux de diplômes chez les personnes sans qualification adéquate sur le marché du travail. Des efforts supplémentaires sont déployés en ce sens dans le cadre de l’initiative «Formation professionnelle 2030». Par ailleurs, le Conseil fédéral a récemment adopté des mesures visant une meilleure utilisation du potentiel de la main-d’œuvre indigène. Ces mesures doivent permettre de prendre en compte les formations initiales et continues de manière plus systématique dans la formation formelle.

Procédure standardisée

En Suisse, la LFPr constitue la base légale pour la prise en compte des acquis dans la formation professionnelle initiale (FPI). Ces acquis peuvent provenir de diplômes de la formation professionnelle et d’autres domaines du système éducatif, de la formation continue à des fins professionnelles ou de la pratique (extra-)professionnelle. Les conditions cadres prévoient que la question de la prise en compte des acquis chez les adultes soit clarifiée déjà pendant la phase de conseil. Cette clarification devrait avoir lieu avant de déterminer la voie appropriée pour l’obtention de la certification professionnelle, qui peut passer par une FPI raccourcie, par l’admission directe à la procédure de qualification ou encore par une procédure de validation. La prise en compte des acquis de la formation continue et de la formation informelle dans les filières de la formation formelle n’en est toutefois qu’à ses balbutiements. Dans un avenir proche, les cantons devront définir les services compétents et développer les processus et les instruments permettant d’établir la prise en compte des acquis. Le canton de Zurich a réalisé un travail important en la matière dans le cadre du projet «Nach- und Höherqualifizierung im Rahmen der beruflichen Grundbildungen». Le projet créera des structures cohérentes et standardisées pour la FPI des adultes; elles seront aussi transparentes pour toutes les parties prenantes. Dans le cadre de ce projet, le MBA de Zurich a chargé l’IFFP d’élaborer des tableaux de prise en compte des acquis pour dix professions.

Tableaux de prise en compte des acquis

Afin d’élaborer ces tableaux, les objectifs évaluateurs, les connaissances et les compétences définis dans le plan de formation ont été analysés pour chacune des dix professions. Ils ont ensuite été comparés aux compétences, aux modules d’enseignement ou aux objectifs des formations préalables en ce qui concerne:
a) le contenu (descriptions des compétences) et, si possible,
b) le niveau de traitement (niveau taxonomique) ainsi que
c) le nombre de leçons enseignées.
En cas de correspondance à plus de 60% (soit la note 4), la compétence opérationnelle ad hoc est jugée «atteinte» et la prise en compte recommandée. Chaque tableau indique, pour un certain nombre de formations préalables pertinentes, quelles compétences opérationnelles dans la profession visée sont susceptibles d’être prises en compte ou non. Par exemple, dans le cas d’une assistante en soins et santé communautaire qui souhaite suivre la formation d’assistante socio-éducative, il est recommandé de prendre en compte ses compétences opérationnelles dans la santé et les soins corporels et de la dispenser des modules correspondants. En revanche, elle devrait acquérir d’autres compétences, par exemple dans le domaine de l’animation. Autre exemple: pour que ses compétences en matière d’hygiène et de conservation soient prises en compte, un spécialiste en hôtellerie souhaitant devenir cuisinier devrait acquérir le savoir-faire nécessaire à la préparation et à la présentation des mets et des plats.

OrTra impliquées

Les tableaux constituent la base pour la prise en compte standardisée des acquis dans la FPI. Lors d’une prochaine étape, ces tableaux seront vérifiés et, le cas échéant, ajustés et validés par les représentants des OrTra nationales compétentes. Ils seront ensuite utilisables dans la pratique, où ils pourront être adaptés et élargis en permanence. Si une personne a suivi une formation préalable qui ne figure pas dans le tableau correspondant, il devrait être possible d’examiner et de tenir compte de cette formation (prise en compte individuelle), voire d’étoffer le tableau en conséquence. Pour cela, un comité d’experts sera mis sur pied dans le canton de Zurich. Ici aussi, les changements dans les tableaux devront être validés par les représentants des OrTra nationales.

Avantages

L’objectif de ces tableaux est de pouvoir procéder de manière standardisée dans les professions considérées, sans devoir examiner chaque cas comme dans la prise en compte individuelle. Pour les adultes qui veulent obtenir une certification professionnelle, ces tableaux ont un grand avantage: dès le début du processus de conseil – donc avant de choisir l’une des voies qui s’offrent à eux pour l’obtention de leur certification professionnelle – les candidats reçoivent rapidement des précisions sur les compétences opérationnelles qui seront reconnues ou non dans la FPI qu’ils visent, sans examen individuel de leur cas. En outre, grâce à ces tableaux, toutes les personnes avec la même formation préalable sont placées sur un pied d’égalité (dans l’idéal au niveau national). Pour les services concernés (en particulier les centres d’orientation et les offices cantonaux de la formation professionnelle), la prise en compte standardisée des acquis devrait être plus efficace à moyen terme que les examens individuels, même si l’élaboration d’un tableau avec l’OrTra demande du travail au début. Pour les OrTra nationales, ces tableaux permettront de rendre la prise en compte des acquis plus homogène dans son ensemble et de renforcer l’assurance qualité via leur utilisation par les cantons. En contribuant à l’élaboration des tableaux, l’OrTra a une influence directe sur les prises en compte des acquis qui sont indiquées dans la profession visée et sur celles qui ne le sont pas.

Perspectives

Afin de mettre en œuvre de manière cohérente la prise en compte des acquis, toutes les personnes et toutes les institutions concernées doivent être mieux sensibilisées. Les OrTra jouent un rôle central à cet égard. Leur engagement à considérer les compétences déjà acquises dans la FPI et à participer à l’élaboration des instruments nécessaires est crucial pour garantir la prise en compte effective de ces acquis. Celle-ci devrait débuter déjà dans le cadre du processus de développement ou de révision des FPI.

Liens et références bibliographiques

Tsandev, E., Salzmann, P. (2019): Standardisierung der Anrechnung von Bildungsleistungen im Kanton Zürich. Schlussbericht Projekt A. Zollikofen, IFFP.
La dernière version des tableaux de prise en compte des acquis par profession est disponible auprès du MBA de Zurich (monika.andermatt@mba.zh.ch).

Encadré

Prise en compte ou validation?

En Suisse, l’expression «prise en compte des acquis» s’entend comme un processus global situé «en amont». En effet, dès la phase d’information et de conseil – avant de décider de la voie à suivre pour obtenir une certification professionnelle – les adultes devraient savoir clairement quels acquis seront pris en compte dans la formation professionnelle initiale qu’ils souhaitent entamer. La «validation des acquis de l’expérience» désigne une autre procédure de qualification reconnue par le SEFRI dans la formation professionnelle initiale. Au cours de cette procédure, les candidats démontrent qu’ils possèdent également des compétences opérationnelles supplémentaires acquises de manière informelle à leur poste de travail. Ces compétences sont documentées, jugées et notées. Les candidats qui ont réussi la procédure de qualification avec validation des acquis de l’expérience obtiennent la certification professionnelle correspondante, sans passer l’examen final.

Commentaires
 
 
 
imgCaptcha
 

Prochaine édition

Le prochain numéro paraîtra le 19 juin. Focus: Slashing