Edition 05 | 2018

FORMATION

Étude

Compétences des jeunes bénévoles: un potentiel sous-estimé

Comment motiver les jeunes et les mobiliser dans une activité? Et si les clés de l’engagement venaient des milieux bénévoles? Une étude de l’IFFP menée auprès d’une quarantaine de jeunes montre que leur investissement dans des projets associatifs leur a permis de développer des compétences prisées par les employeurs.

Par Sandrine Cortessis et Saskia Weber Guisan, Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle (IFFP)

De nombreuses raisons peuvent pousser des adolescents et des jeunes adultes à s’engager bénévolement, comme l’attachement à un groupe ou la possibilité d’assumer des responsabilités. (Photo: Stefan Rüegger/CSAJ)

De nombreuses raisons peuvent pousser des adolescents et des jeunes adultes à s’engager bénévolement, comme l’attachement à un groupe ou la possibilité d’assumer des responsabilités. (Photo: Stefan Rüegger/CSAJ)

Sur mandat de la Société suisse d’utilité publique, une équipe de recherche de l’IFFP a étudié les raisons pour lesquelles des jeunes choisissent de s’engager bénévolement. En effet, à l’heure où les entreprises cherchent des stratégies pour fidéliser la nouvelle génération, comment se fait-il que certains jeunes choisissent d’investir du temps et de l’énergie en faveur d’une activité associative, sans attendre ni «bonnes notes» ni salaire en retour? La question a été posée à une quarantaine de bénévoles âgés de 16 à 25 ans. Mis à part certains jeunes qui étaient déjà en emploi au moment des interviews, la plupart d’entre eux étaient encore en formation (apprentissage, gymnase, HES ou université). Les témoignages montrent que, grâce au soutien des responsables associatifs et du groupe de pairs, les jeunes développent de la confiance en soi, un sens de la coopération et un esprit d’initiative. Les statuts et les responsabilités qui leur sont confiés très tôt leur permettent d’apprendre à planifier, à organiser et à gérer des projets, en jonglant avec des contraintes multiples. Ces compétences semblent malheureusement sous-estimées par le monde du travail et de la formation.

Motivations

Le choix de s’engager dans telle ou telle association dépend des opportunités offertes par l’environnement proche, c’est-à-dire le réseau local, familial et amical. Le réseau de proximité joue donc un grand rôle dans l’engagement associatif des jeunes. Dans d’autres cas, les jeunes choisissent délibérément une association parce qu’ils sont attirés par un univers ou une mission particulière. C’est par exemple le cas d’Eva, sapeuse-pompière volontaire, ou de Sam, qui s’est inscrit à la Croix-Rouge avec l’envie d’aider autrui. Il arrive encore que l’engagement pour une association soit dans un premier temps guidé par la volonté de «joindre l’utile à l’agréable». C’est le cas lorsque des jeunes intègrent une association sportive ou culturelle. Ils peuvent ainsi fréquenter un milieu qui leur plaît et obtenir une contrepartie matérielle à leur engagement, par exemple sous forme de boissons ou d’entrées gratuites. Les raisons pour lesquelles les jeunes deviennent bénévoles ne sont cependant pas forcément identiques à celles qui les poussent à s’engager à plus long terme. Une fois que les jeunes sont intégrés dans une association, qu’est-ce qui leur donne envie d’y rester et de s’impliquer de façon durable? Deux éléments jouent un rôle déterminant dans le maintien de leur engagement associatif: le sentiment d’appartenance et l’accès à un statut valorisant.

Sentiment d’appartenance

Il apparaît que le bénévolat prend un sens particulier pour des jeunes en transition post-adolescente. Ces «adultes émergents» en quête d’une nouvelle identité éprouvent en effet le besoin de tester différentes activités, d’explorer des idées, des positions, des choix. Les associations bénévoles semblent alors répondre à leurs attentes en leur permettant d’expérimenter des situations et des rôles différents. Les jeunes bénévoles intègrent une communauté où on leur fait confiance et où on leur confie des responsabilités, tout en répondant à une autre aspiration forte: celle d’appartenir à un groupe. Se sentir digne de confiance, avoir un fort sentiment d’appartenance et pouvoir partager des moments de convivialité et d’échange au-delà de l’activité elle-même sont de puissants moteurs d’engagement. Les jeunes bénévoles interviewés ont particulièrement souligné leur attachement à leur groupe. Ils affirment que les personnes rencontrées dans le cadre associatif sont importantes dans leur vie et les considèrent comme des amis, voire comme leur «seconde famille». C’est le cas de Dario, pompier volontaire âgé de 22 ans: «Je me suis fait des amis. Je veux dire, on est 30 pompiers, ben j’ai 30 nouveaux amis.» Passer du temps avec ses pairs en dehors de l’école, du travail ou de la famille est un plaisir qui a été beaucoup relevé par les jeunes, qu’ils interviennent dans de grandes structures ou dans de petites associations. Les jeunes aiment se retrouver parce qu’ils partagent les mêmes goûts, les mêmes envies, les mêmes idéaux ou la même passion. Dans ce cas, l’investissement dans l’activité bénévole n’apparaît nullement comme une contrainte puisqu’il est porté par la bonne ambiance du groupe.

Accès à un statut et à des responsabilités

Dans le monde du travail, la confiance n’est souvent accordée qu’après un certain temps. À l’inverse, le monde associatif n’hésite pas à confier très tôt de grandes responsabilités aux bénévoles. Cette reconnaissance suscite alors un investissement très important. C’est notamment le cas de Céline, qui a pu devenir, à 23 ans, responsable du personnel dans un club de musique après être passée par le bar et la caisse: «C’est toi qui coordonnes tout, tu dois payer les sécus. [...] Et c’est assez drôle d’ailleurs parce qu’y a des gens qui sont plus âgés dans le staff. Ils ont plus que 30 ans et moi, je suis un peu la petite de 23 ans.» Céline salue l’opportunité qui lui est offerte d’accéder à une nouvelle identité valorisante grâce aux responsabilités qui lui sont attribuées. Elle mobilise alors ses ressources afin d’être à la hauteur des tâches confiées, comme la gestion d’un budget. À l’instar de Céline ou de Nicolas, manœuvre sur un chantier le jour et vice-président d’un Parlement des jeunes le soir, les bénévoles se sont dits fiers d’endosser un statut et des responsabilités. La plupart estiment cependant que cette confiance leur est difficilement accordée dans les autres sphères sociales qu’ils fréquentent parallèlement, comme l’école ou encore leur lieu de travail. Les jeunes ont en effet exprimé leur frustration face au sentiment de cantonnement à un rôle souvent ressenti comme passif.

Potentialités

«Tout ce que j’ai acquis ici, au niveau extra-professionnel, au niveau de la commission, j’ai pu le mettre en œuvre dans l’apprentissage! [...] J’ai pris plus confiance en moi.» Comme Tiziana (20 ans, membre d’un Parlement des jeunes), les personnes interviewées ont largement insisté sur les apports de leur expérience bénévole en termes de maturation personnelle. Elle leur a donné l’opportunité de mieux se connaître, de grandir, de gagner en assurance, de mieux gérer leur stress et de développer leur capacité d’écoute et de travail en équipe. Or, ces dimensions personnelles et relationnelles peuvent se combiner avec d’autres ressources et s’avérer déterminantes pour réaliser de manière compétente toute une palette d’activités, à l’image de Joël (19 ans, membre d’une Jeunesse campagnarde): «On doit tenir un bar où y a 100 à 150 personnes qui passent, ça demande quand même pas mal de sang-froid, d’organisation… Vers les 2-3 h du matin, les gens, ils deviennent un peu agressifs.» Au-delà des compétences transversales, les bénévoles peuvent aussi développer des aptitudes spécifiques liées aux activités mêmes de leurs associations. Le fait que ces dernières soient organisées en comités et en groupes de travail permet à leurs jeunes membres de développer des compétences administratives ou techniques, par exemple avec la rédaction d’ordres du jour ou de p.-v. de réunion, ou encore avec la tenue et la présentation d’un budget. Le fait d’évoluer dans une culture associative donne également la possibilité aux jeunes de s’approprier un nouveau vocabulaire ou d’interagir avec des publics spécifiques tels que les enfants, les artistes ou les personnes en situation de handicap.

Compétences sous-estimées

Dans un contexte où les soft skills, ces qualités humaines et relationnelles, sont prisées par le monde de l’entreprise, les employeurs ne seraient pas suffisamment conscients des atouts développés par les bénévoles. En effet, à moins que les employeurs aient eu eux-mêmes une expérience associative leur permettant de se représenter les potentialités du bénévolat, ils ont tendance à déconsidérer l’apprentissage informel qui ne débouche pas sur un diplôme. Or, pour que le monde associatif soit reconnu comme un lieu d’éducation et de développement de compétences au même titre que l’école ou l’entreprise, il faut que les bénévoles prennent eux-mêmes conscience de leurs atouts et fassent le choix de les valoriser. Il s’agit dès lors de faire reconnaître les apprentissages non formels et informels développés dans le secteur associatif. Dans cette optique, le «dossier bénévolat» (www.dossier-benevolat.ch) permet d’uniformiser la manière de lister et de décrire les activités réalisées, d’identifier les compétences acquises ou encore de faire l’inventaire des formations suivies et des attestations reçues.

Liens et références bibliographiques

Cortessis, S., Weber Guisan, S., Tsandev, E. (à paraître): Le bénévolat des jeunes: une forme alternative d’éducation. Zurich, Éditions Seismo.
www.iffp.swiss (recherche avec le mot clé «bénévolat»)

Commentaires
 
 
 
imgCaptcha
 

Prochaine édition

N° 6 | 2018
Mobilité

Quelles sont les incidences de l’explosion de la mobilité professionnelle? Qu’implique le fait de travailler en déplacement? Quels sont les programmes d’échanges dans la formation professionnelle? Combien d’étudiants partent se former ailleurs? Telles sont quelques-unes des questions qui seront abordées dans le focus du prochain numéro.